Crédit: Chamsou Dine Baguiri

Bénin : Igor Sihou jeune entrepreneur agricole émergent à Parakou

Igor Sihou 23 ans est en troisième année d’agronomie option sciences et techniques de production végétale à l’université de Parakou. Il a participé à plusieurs formations sur l’entreprenariat des années en arrière. Des acquis qu’il capitalisent aujourd’hui. Il s’est lancé depuis la première année en faculté d’agronomie dans l’entreprenariat agricole. Sur demande de terrain auprès des autorités locales, le jeune entrepreneur bénéficie d’une petite portion de terre pour des activités de maraîchage. Une fois la requête acceptée, il y a implanté, dans un bas-fond, son petit potager.

Le potager d’Igor Sihou est situé dans un bas-fond au quartier Baka dans le deuxième arrondissement de Parakou. Sur le site de maraîchage, plusieurs légumes sont produits. On y retrouve de la laitue, du gombo, de la grande morelle et du crin-crin, des concombres. Ces légumes cités sont très consommés par les populations. 

Igor Sihou parle de sa motivation

Pourquoi me lancer très tôt dans l’entreprenariat agricole ? Plusieurs raisons sous-tendent ce choix. D’abord, je suis actuellement en troisième année d’université et presqu’en fin de formation. Mon potager me permet de mettre en pratique les connaissances théoriques reçues à la faculté d’agronomie. Ensuite, je me prépare aussi à la vie active et tout en étant plus dépendant des parents qui n’ont plus assez de moyens. Une fois que j’aurai soutenu mon mémoire de licence professionnelle, trouver du job ne sera pas un casse-tête pour moi.

L’autre raison est relative au fait que je veux travailler à mon propre compte, être un entrepreneur indépendant et autonome. Enfin, j’envisage installer un grand potager où les populations peuvent se procurer les légumes qu’elles raffolent. Ainsi, j’aurai vraiment apporté un plus dans le développement de la ville de Parakou ou quelle que soit la localité où je serais.

Principale difficulté rencontrée sur le site

L’eau est la chose la plus compliquée à avoir sur le site. Et qui dit maraîchage parle forcément de la disponibilité de l’eau. Cette ressource manque au niveau du site. Pour remédier à ce problème, Igor a dû creuser de petits points d’eau 1 mètre 50 du sol pour avoir quelques réserves d’eau. Il en a creusé trois et c’est de ceux-ci qu’il parvient à arroser les cultures.

« On était plus nombreux dans la zone à faire du maraîchage. Mais plusieurs d’entre nous ont dû quitter les lieux en raison du manque d’eau ».

Igor Sihou jeune entrepreneur agricole à Parakou

Le jeune agronome a mis en pratique d’autres techniques pour permettre aux cultures de ne pas trop souffrir du manque d’eau. « Celle-ci consiste à mettre les pailles sur les planches avant d’arroser les cultures. Ainsi les pailles permettent aux planches de garder une certaine humidité pendant un temps ce qui est favorable pour la croissance des cultures. »

Avez-vous déjà des clients pour la vente de vos légumes ?

« Le marché est favorable car le besoin existe et la demande est plus forte que l’offre », explique Igor Sihou.

« Les clients des maraîchers qui étaient présents sur le site sont devenus progressivement aussi mes clients. Quand ils viennent sur le site, ils achètent un peu de tout. De plus avec le bouche à oreille, les femmes du marché viennent ici presque tous les jours ».

Igor Sihou jeune entrepreneur agricole à Parakou

Le petit espace exploité par le jeune producteur ne lui permet pas de produire en grande quantité. « Je n’arrive pas à satisfaire tous les clients car mon potager est petit. Toutefois, j’ai leur contact et dès que les récoltes sont prêtes, je les informe. A des moments donnés, d’autres clients font des commandes de légumes à l’avance que je leur réserve une fois les légumes disponibles et prêts pour la consommation ».

Que faites vous avec les recettes issues la vente des légumes ?

« Les recettes de la vente des légumes ne sont pas négligeables », estime Igor. Ces revenus lui permettent de renouveler son matériel de travail et autres (arrosoir, semences, pulvérisateur). Il ne manque pas souvent d’argent de poche pour subvenir à ces besoins immédiats et futurs.

La vision du jeune entrepreneur agricole est de trouver un grand espace pour installer un grand site de maraîchage. En attendant la réalisation de cet objectif,  vous pouvez fait un tour un de ces jours pour vous procurer quelques légumes sur son site de maraîchage. Vous ne repartez pas certainement les mains vides après votre visite.

Lire aussi :

Bénin : Albert Tori, entrepreneur agricole émergent à Sirarou

Les jeunes dans l’entreprenariat agricole au Bénin

Partagez

Auteur·e

kparonbaaru

Commentaires

Patalet
Répondre

Vraiment c'est une très bonne initiative pour ce jeune agronome de formation , c'est un exemple pour les autres de suivre.