Crédit: Dominique Akpo

Raconte-moi Carnotville !

Où se trouve Carnotville ? Sur 20 personnes à qui j’ai posées la question plus de 10 m’ont répondu qu’elles sont sûres que c’est une localité de la France. Certaines soutiennent que c’est en Europe et d’autres m’ont répondu par la négative. Carnotville est bee et bien au Bénin, dans le village d’Agbassa, arrondissement d’Alafiarou dans la commune de Tchaourou. Moi aussi je l’ignorais. Un ainé de radio Parakou, Ernest Agbota de retour d’une enquête des lieux, me raconte l’histoire de Carnotville. Dans ce billet, je me propose à mon tour de vous narrer l’histoire. L’histoire de ce site colonial basé dans le Nord-Bénin qui porte le nom de l’ancien président français Sadi Carnot de 1887 à 1894.

Lieu plein d’histoires, Carnoville est située à Agbassa dans la commune de Tchaourou au Nord-Bénin. Selon des propos rapportés  par des historiens et personnes ressources béninoises, Carnotville serait le centre du Bénin.  On ne peut parler de l’histoire de la colonisation du Dahomey actuel Bénin sans mentionner Carnotville. Carnotville est la porte d’entrée du colon dans le grand ex-Borgou. Une partie du septentrion qui regroupe aujourd’hui les départements actuels du Borgou et de l’Alibori.

Carnotville, point de départ de la colonisation dans le nord Dahomey

Carnoville est une base militaire installée par le colonisateur français dans le haut Nord. Pour la petite histoire, la France a signé un traité commercial et d’amitié avec le roi de Porto-Novo en 1851. Par les traités de 1868 et de 1878, la région de Cotonou, située entre Ouidah, comptoir portugais, et Porto-Novo, fut cédée à la France.

En 1883, le souverain des Ainonvis, voulant se protéger des visées expansionnistes du Dahomey, signe un traité de protectorat avec la France. Le roi Béhanzin a tenté de reconquérir la région occupée par les Français. Mais il a été capturé en janvier 1894 et déporté en Martinique. Les établissements français de la région furent alors regroupés au sein de la colonie du Dahomey.

Après la conquête du Sud, c’est au tour du haut Dahomey

Après s’être confortablement installés, le colonisateur commence par penser à la conquête du haut Dahomey, l’actuel Nord Bénin. Cette partie du pays avait déjà été exploré par les allemands, les anglais et même les français vers la fin du 19e siècle. Ces explorateurs ont en un premier temps tenté de conquérir en vain les Baatombou du Makaratem (pays Makararou). Cette zone du haut Dahomey regroupe N’Dali, Ina, Gbégourou, et Guinagourou.

Dans la période, les français n’avaient pas encore une base militaire dans le haut Dahomey. Mais avec la conférence de Berlin qui consacre le partage de l’Afrique, le Dahomey dans son entièreté revient à la France. La France comprend alors très tôt qu’il faut s’emparer aussi du Nord du Dahomey.

Le lieutenant – gouverneur Victor Ballot conscient de l’enjeu se rend du samedi 26 aout 1894 au 26 septembre 1894 à Agbassa dans l’arrondissement d’Alafiarou, commune de Tchaourou. C’est à ce lieu, il crée le poste militaire de Carnotville. La conquête du Borgou par les forces françaises devient effective après des expéditions militaires séquentielles à partir de cette .

Carnotville, une base stratégique du colonisateur

Carnotville se trouve sur une montagne de marbre à 532 mètres d’altitude en plein cœur de la forêt classée de Wari Maro dans l’arrondissement d’Alafiarou commune de Tchaourou.  C’était pour les colons français un camp de ravitaillement en arme.

C’était un site hautement stratégique et difficile d’entrée pour les populations qui se rebellaient contre l’invasion française. C’est là que se peaufinaient tous les plans de conquête des localités du Nord du Dahomey. C’est de là que le gouverneur Victor Ballo et le commandant Decoeur chef des armées dans le temps, lançaient leurs troupes pour neutraliser les résistants comme Saka Yérima et ses alliées de Gbégourou, de Tamarou et autres. Sans oublier Bio Guerra, ses partisans, Kaba et autres hommes résolus à lutter contre la colonisation.

Qu’est devenue Carnotville après les indépendances ?

De 1894 jusqu’à nos jours, le fleuve du temps a coulé mais n’a pas emporté sur son passage la base militaire de Carnotville. Le chef d’œuvre du Gouverneur Ballot résiste à toutes les intempéries. Seulement qu’après les indépendances, Carnotville a été mise en rade. Car ce n’est pas lieu qui fait la joie des populations autochtones qui ont été victimes des injustices et exactions de la colonisation. Lorsque la base militaire a été implantée et baptisée Carnotville, les populations se sont fermement opposées.

Plusieurs personnes sont décédées dans la lutte contre l’occupation des espaces du territoire dahoméen. Raison pour laquelle, toute juste après l’accession du Dahomey à la souveraineté nationale, ce lieu a été saccagé et délaissé par les habitants du village.

A en croire Ernest Agbota, ces derniers en garde un mauvais souvenir. Le site ressemblait à une ruine jusqu’en 2020. Le gouvernement béninois dans le souci de promouvoir le tourisme a commencé la réhabilitation des lieux à travers le projet forestier Pagefcom. L’objectif est de pouvoir l’insérer dans les vestiges coloniaux touristiques.

Voilà ce que je peux vous dire en bref sur Carnotville. J’ai fait mon devoir. A votre tour aussi d’en parler. Beaucoup de gens ignorent l’existence d’un site appelé Carnotville au Bénin en particulier dans le Borgou.

Léon Bani Bio Bigou, professeur titulaire de géographie humaine à l’université d’Abomey-Calavi, a écrit un livre sur Carnotville. Son ouvrage est intitulé « Agbassa et la base militaire française de Carnotville dans l’arrondissement d’Alafiarou, commune de Tchaourou ». Vous pouvez aussi pousser votre curiosité en vous procurant le livre. Ceci pour lire en détails chaque ligne de l’histoire de ce site qui ne doit pas nous être étrangère.

A lire aussi Bénin : bilan de l’évaluation des forêts de Sérou et de Igbo-Dognin

Partagez

Auteur·e

kparonbaaru

Commentaires