Crédit: Depositphotos

Et si on célébrait ces légumineuses que nous aimons tant !

La communauté internationale célèbre chaque 10 février la journée mondiale des légumineuses. L’objectif de cette célébration est de mettre en lumière les bienfaits nutritionnels de ces aliments et leur contribution à l’agriculture durable. Cette année, la célébration a pour thème « Miser sur les légumineuses pour permettre aux jeunes de contribuer à rendre les systèmes agroalimentaires durables ». Comme les céréales, les légumineuses constituent des aliments de base dans plusieurs pays africains dont le Bénin. En ce 10 février, célébrons ces légumineuses : niébé, arachide, soja, voandzou, pois chiche et autres.

Pour l’Organisation des Nations Unis pour l’alimentation et l’agriculture FAO, les légumineuses sont des graines comestibles des plantes de la famille des légumineuses qui sont cultivées pour une alimentation humaine et animale. La célébration du 10 février offre l’occasion de sensibiliser les populations surtout les communautés rurales à l’importance de la consommation et de la production des légumineuses. Pour la FAO, elles jouent un rôle fondamental dans la transition vers des systèmes agroalimentaires plus efficaces, plus inclusifs, plus résilients et plus durables. Ceci dans l’optique d’améliorer la production, l’alimentation et les conditions de vie en ne laissant personne de côté.

Historique de la journée mondiale des légumineuses

Pour la petite histoire, le succès de l’année internationale des légumineuses en 2016 mise en œuvre par la FAO a été le déclic. Cet évènement a permis à un maximum de personnes d’être informées que les légumineuses contribuent à l’amélioration de l’alimentation aussi des hommes que des animaux. C’est ainsi que les décideurs ont compris qu’elles pouvaient contribuer à la réalisation du programme de Développement Durable à l’horizon 2030. Consciente de l’enjeu, l’Assemblée Générale des Nations Unies ne tarde pas à proclamer le 10 février Journée internationale des légumineuses.

Depuis ce temps, avec l’aide des gouvernements, du secteur privé, des membres et des organisations partenaires, du grand public, la FAO s’emploie à célébrer cette journée internationale.

Ces légumineuses que nous aimons au Bénin

Il existe plusieurs espèces de légumineuses. Je ne m’attarderai pas à toutes les citer. Je vous parlerai surtout de celles que nous consommons le plus au Bénin. Celles que nous aimons tant. Celles que nous raffolons. Parmi celles-ci, on peut citer : l’arachide, le niébé, le soja, le voandzou, le pois chiche sans oublier le pois d’angole et la lentille.  

L’arachide

Graines d’arachide
Crédit photo : Depositosphotos

Les producteurs béninois cultivent l’arachide depuis plusieurs décennies. Une partie est destinée à la vente et l’autre à la consommation. Nous nous intéressons au second volet. Les graines d’arachide sont très consommées au Bénin. Elles sont soit grillées ou bouillies avant consommation. Elles sont également transformées pour donner plusieurs produits dérivés comme l’huile, les cacahouètes, galettes, etc… Les graines d’arachide moulues donnent une pate utilisée pour faire la sauce très appréciée par les populations béninoises.

Sauce d’arachide
Crédit photo : Photo by quatro via Iwaria

Le niébé

Graines de niébé
Crédit photo : Ahimiton via Iwaria

Le niébé est un haricot très populaire en Afrique de l’Ouest, et particulièrement nutritif. Au Bénin on en raffole. Le nom populaire du plat du niébé est appelé ‘’Abobo’’ en langue Fon. Comme l’arachide, les graines de niébé sont aussi transformées pour donner plusieurs produits dérivés. Par exemple : le ‘’Toubani’’ très consommée dans le Nord du pays et les beignets ces petits gâteaux ronds faits à base des graines de Niébé moulues.

Plat de niébé accompagné à l’huile rouge et au gari
Crédit photo : Wikipédia

Le soja

Des graines de soja en pleine mouture
Crédit photo : Chamsou Dine Baguiri

Selon l’Agence Ecofin,  le soja est depuis 2019 au Bénin, la principale légumineuse cultivée devant l’arachide et le niébé. Ses graines sont utilisées pour faire de la bouillie, du fromage, des biscuits et plein d’autres amuse-gueules.

Fromages de soja
Crédit photo : Chamsou Dine Baguiri

Le Pois chiche

Le pois chiche est une légumineuse appelée à tort ‘’cassoulet’’ par la majorité des béninois. Le ragout de pois chiche ou le plat de cassoulet est considérée comme un repas des personnes ayant un fort pouvoir d’achat. Il est très consommé pendant les périodes de fête. Le met est proposé dans les restaurants et depuis peu on le retrouve dans les gargotes.  

Le voandzou

Le voandzou est une légumineuse qui n’est pas loin du pois chiche. Il est principalement cultivé par les femmes dans les régions du centre et du sud-Bénin.  On le retrouve aussi dans les restaurants et chez peu de bonnes dames revendeuses de mets au bord des voies.

Plat de voandzou
Crédit photo : Photo by quatro via Iwaria

L’avis du nutritionniste sur les légumineuses

Crédit photo : Chamsou Dine Baguiri

Les légumineuses apportent des bienfaits en matière de sécurité alimentaire, de nutrition et de santé. Eric Dossou-Gbété, nutritionniste diététique argumente.

« Les légumineuses sont des aliments de source d’origine végétale. Ce sont-elles qui apportent du fer et plus de protéines aux femmes enceintes, aux femmes allaitantes et aux enfants de 6 à 59 mois. Ces éléments nutritifs sont capitaux en particulier pour les enfants en vue de leur bonne croissance. En communauté, nous faisons recours aux bouillies enrichies aux légumineuses pour récupérer les enfants souffrant de malnutrition aiguë modérée. Dans les pays en voie de développement où les populations ont un faible pouvoir d’achat, les légumineuses accompagnent la lutte contre la malnutrition ».

Eric Dossou-Gbété, Nutritionniste diététique.

Il faut donc les introduire dans les repas quotidiens pour prévenir plusieurs carences en protéines et micronutriments chez les enfants, les femmes et personnes âgées. Elles entrent également dans l’alimentation des animaux. Selon les scientifiques, les légumineuses sont plus que des graines nutritives. Elles permettent également de lutter contre le changement climatique.

Lire aussi

Lutte contre le changement climatique : la phase 2 du programme Green’s Amazone lancé au Bénin

Partagez

Auteur·e

kparonbaaru

Commentaires

Gnonnandé
Répondre

Bel article. Merci