Crédit:

Changement climatique : Les jeunes de l’Afrique de l’Ouest prêts pour la résilience

Fin dimanche 23 août 2020 des ‘’Ateliers de restitution et de formation des jeunes sur l’impact du changement climatique sur l’eau et l’énergie en Afrique de l’Ouest ’’. Ces ateliers qui ont démarré vendredi 21 aout 2020, ont permis à40 jeunes provenant de 5 pays d’Afrique de l’Ouest d’apprendre davantage sur le phénomène du changement climatique. Ils sont désormais mieux aguerris et repartent outillés pour la résilience dans leurs pays respectifs. Youth for Climate Change Mitigation (YCCM) et le Réseau Béninois du Parlement Mondial de la Jeunesse pour l’Eau (RBPMJE) gagnent ainsi le pari de l’organisation de cette première édition de ces ateliers de restitution et de formation. 

L’Afrique est l’un des continents, les plus vulnérables aux effets pervers du changement climatique. Mais peu d’Africains sont informés de ce phénomène. C’est fort de ce constat que YCCM en collaboration avec le RBPMJE, forme la jeunesse de l’Afrique de l’Ouest, sur l’impact du changement climatique sur l’eau et l’énergie. La finalité est de mobiliser le plus grand nombre de personnes engagées pour relever le défi climatique. Le choix porté sur la jeunesse n’est pas un hasard. Cette couche de la population a un rôle capital à jouer dans cette lutte, croit savoir Razaki Sabi Zingui coordonnateur des activités.

De la première journée à la dernière, les communications et projections de vidéos se sont enchainées. Les jeunes ont pu toucher du doigt l’ampleur du phénomène. L’acte 3 de ces ateliers de restitution et de formation a été marquée par :

  • Une communication sur climatique et l’eau
  • Financement et mobilisation de financement
  • Présentation de l’agenda projet
  • Le partage d’expérience
  • Et le mot de clôture des travaux

Le contenu de l’agenda climat

En effet, l’agenda climat est le répertoire des projets que YCCM compte mener de 2020 à 2025. A en croire Ghislain Mahouton, membre de l’équipe projet, c’est un document constitué de 11 projets regroupés en trois volets. Il y a en premier, le volet renforcement de capacités, ensuite le volet énergie et innovations vertes puis vient en dernier le volet résilience, atténuation climatique et adaptation. 

Les projets seront mis en œuvre par YCCM en collaboration avec ses partenaires techniques et financiers.

Réseautage et partage d’expérience

La partage d’expériences, l’autre point important de l’acte 3 de ces ateliers de restitution et de formation, a été un moment d’échanges et de témoignages. Chaque intervenant a énuméré les actions concrètes menées par son association dans le but d’impacter les communautés. Dans cet exercice intéressant et édifiant, priorité a été donnée aux femmes. Les jeunes qui militent dans les domaines similaires, s’échangent les contacts et entendent fédérer les actions pour d’impacts plus conséquents sur le terrain. 

Après cette étape, la parole est donnée au coordonnateur du projet ‘’Ateliers de restitution et de formation des jeunes sur l’impact du changement climatique sur l’eau et l’énergie en Afrique de l’Ouest ’’. C’est avec beaucoup de satisfaction, que Razaki Sabi Zingui prononce son discours de clôture des travaux.

Mot de fin de Razaki Sabi Zingui

Razaki Sabi Zingui a avant tout propos, a remercié l’Union Africaine (UA) qui à travers le dispositif compétitif qu’est le fonds d’innovation de l’initiative germano-africaine pour la jeunesse (AGYI-IF), accompagne la jeunesse africaine dans leur projet.  Il a remercié également l’Allemagne à travers la GIZ qui a accepté financer ce dispositif. Il n’oublie pas aussi le programme ZEF PAUWES WASCAL. Le président du RBPMJE salue les communicateurs qui malgré leur agenda chargé ont accepté soutenir les travaux en partageant avec la jeunesse leurs connaissances.

Les remerciements du jeune leader vont également à l’endroit des organisations de jeunes ayant pris part à ces ateliers de formation et de restitution. Il n’oublie pas de rendre un hommage à ses collaborateurs, les membres de l’équipe projet qui d’arrache-pied, ont travaillé de jour comme de nuit pour la réussite et le bon déroulement du projet.

Défi relevé

Je dirai oui, oui, nous l’avons fait, et cela grâce à nous tous. Oui nous l’avons tenu malgré cette pandémie qui a voulu bouleverser le calendrier de notre projet de pouvoir réunir la jeunesse africaine autour des questions liées à l’eau, l’énergie dans un contexte de changement climatique en Afrique. Nous venons de démontrer à travers la tenue de ces ateliers d’échanges et de partage d’expérience que rien ne peut stopper cette dynamique de la jeunesse africaine même la Covid-19. 

Au cours de ces trois journées de webinaire, ayant réuni au final plus de 40 jeunes de cinq pays de l’Afrique de l’Ouest, vous avez manifesté un intérêt particulier à la ressource en eau et l’énergie en Afrique. C’est la preuve que la jeunesse africaine peut parler un même langage et fédérer ses efforts pour l’amélioration des conditions de vie des africains. Ainsi, nous avons abouti aux conclusions et recommandations qui encouragent à perpétuer de telle initiative, les fois à venir.

Nous voudrons vous en féliciter et vous assurer de notre totale confiance, quant à la mise en œuvre effective de ces recommandations.

Pour finir, nous appelons toute la jeunesse africaine à pérenniser les initiatives qui visent à mettre fin à la pandémie covid-19 car c’est ensemble nous mettrons fin à cette crise. Respectons les gestes barrières et faisons respecter cela autour de nous car si nous même nous ne sommes pas vulnérables à ce mal, nous avons des proches qui le sont et en cas de non-respect des gestes barrières, nous pourrons en être des vecteurs de contagions. Sur ce, nous souhaitons plein succès à tous à divers niveaux. Nous vous remercions.

Avant la clôture de ce webinaire, Razaki Sabi Zingui exhorte également les participants, au partage des acquis avec d’autres personnes de leurs localités et pays respectifs.

Retour sur quelques impressions des participants

Justine Godonou de l’association Eau et Assainissement pour l’Afrique

C’est un grand plaisir pour moi de participer à ces ateliers de restitution et de formation. Je tiens à remercier la GIZ pour son appui financier et toute l’équipe d’organisation de ce webinaire car cela a été une réussite malgré le contexte de la pandémie de la COVID 19.

J’ai été impressionnée par toutes les communications et je dis bravo à tous les communicateurs. La plupart de mes attentes ont été comblées. Cet atelier m’a permis d’approfondir mes connaissances sur les manifestations et l’impact des changements climatiques sur les ressources en eau, l’énergie et l’agriculture ainsi que les mesures d’adaptation et d’atténuation de leurs effets.

Toutefois, pour les prochaines formations, je suggère que pour le partage d’expériences, les participants soient identifiés à l’avance et préparent des présentations power point pour mieux attirer l’attention de tous les participants. Cela contribuerait également à une gestion efficace du temps.

La jeunesse a de nombreux défis à relever face aux changements climatiques. Nous devrons donc fédérer nos forces, nos compétences pour rédiger des projets et mobiliser des financements à travers ce réseau YCCM mis en place. Une fois encore Bravo à l’équipe d’organisation de la formation et merci au professeur Julien Adounkpè.

Thierry Hodéhou, Secrétaire Général de l’ONG Page Verte

Cette formation a été une réussite et je tiens à féliciter les organisateurs, puisque le pari n’était pas gagné d’avance. Les échanges ont été vraiment constructifs et se sont déroulés dans la discipline. Le défi sera la mise en œuvre des projets du Youth for Climate Change Mitigation (YCCM) avec la participation effective de toutes les organisations de jeunes ayant pris part aux échanges.

Partagez

Auteur·e

kparonbaaru

Commentaires