Crédit:

Vivien Zanou remporte le premier prix du concours ‘’filme ta culture en 2 minutes’’

La première édition du concours ‘’filme ta culture en 2 minutes’’ a connu son épilogue. La proclamation des résultats couplée de la cérémonie de remise de prix aux lauréats a eu lieu au quartier Gbira à Parakou. C’était le jeudi 30 juillet 2020 dans les locaux de Waxangari L@bs en partenariat avec Waxangari Culture, structure organisatrice dudit concours. Le premier prix composé d’un smartphone et d’une clée Usb de 32 gigas reviennent à Vivien Zanou.

Lancé le 15 juin 2020, la première édition du concours de production audiovisuelle ‘’ Filme ta Culture en 2 minutes’’ est désormais conjuguée au passé. Vivien Zanou, Pacôme Bigo Ghislain et Roubatou Dankoro ont respectivement occupé les trois premières places au terme de l’évaluation du jury. Ces trois meilleurs lauréats repartent avec des smartphones, des bons de formation et autres gadgets. Les 8 autres participants au concours sont aussi récompensés. Ils bénéficient chacun d’un bon de formation estimé à 150 mille fcfa.

Objectifs et critères d’évaluation du concours

Les membres du jury avec Michel Dakou au milieu. Félicité N'Yaba à l'extrémité gauche et Amed Séro Lafia à l'extrémité droite.
Michel Dakou, Président du jury au milieu. Félicité N’Yaba à l’extrémité gauche et Amed Séro Lafia à l’extrémité droite.
Crédit photo Raymonde Kplaï

En effet, il était question pour les postulants de produire une vidéo filmée avec un appareil smartphone ou un appareil photo numérique sur une activité, un fait, un symbole culturel de leur environnement immédiat, de leur localité ou du pays.

11 candidats ont pu envoyer leurs dossiers avant la clôture des candidatures. Les productions recueillies ont été soumises à l’appréciation d’un jury. Un jury composé de trois membres. Il s’agit de Michel Dakou, chef du centre de production télévisuelle de de l’ORTB, de Félicitée N’Yaba du service des langues nationales de radio Parakou et de Amed Séro Lafia, directeur national de Waxangari L@bs.  Les films ont été projetés devant les lauréats et le public.

Des productions évaluées selon des critères bien définis. Il s’agit de :

  1. Originalité de l’œuvre
  2. La pertinence du message véhiculé
  3. La richesse culturelle de l’œuvre
  4. Concordance avec le thème du concours
  5. Durée maximale de (2) deux minutes
  6. Bonne qualité du son et de la vidéo

L’objectif de Waxangari L@bs en organisant ce concours, est de contribuer à la promotion de la culture béninoise à travers les outils numériques. Si les organisateurs ont mis un accent particulier sur la culture béninoise en général, ce n’est pas du hasard. L’objectif est d’amener la jeune génération à faire des recherches historiques, touristiques et un retour aux racines culturelles.

Les candidats ont abordé plusieurs sujets culturels. On note entre autres, l’histoire du Egun gun, le ‘’Afitin’’ (moutarde) d’Abomey, les pas de danses de l’aire culturelle Shabè plus précisément du tam-tam gingin, le gari en milieu Mahi, le Waxangari, le Satò : tambour, rythme et danse patrimoine de l’aire culturelle Adja-Tado (Covè, Zagnanado, Pobè, Porto-Novo, etc).

Le jury plus séduit par le film ‘’Egun-gun, ma culture’’ de Vivien Zanou

La production de Vivien Zanou intitulée ‘’Egun-gun, ma culture’’ a séduit les membres du jury. Ce film d’une durée d’une minute 30 secondes présente la culture Egun-gun au Bénin en général et à Savalou en particulier. C’est à l’unanimité que les membres du jury après concertation délibèrent et classe cette production au premier rang.

Le film produit par le jeune étudiant à la faculté d’anglais de l’université de Parakou obtient une note de 53,66 sur 60. Il s’adjuge ainsi le premier constitué d’un smartphone d’une valeur de 60 mille fcfa, d’une clé Usb de 32 gigas et d’un bon de formation de 150 mille fcfa. Ce dernier absent s’est fait représenter à la cérémonie de remise de prix.

Le film intitulé ‘’le Afitin’’, moutarde d’Abomey au 2ème rang         

Pacôme Bigo Ghislain a réalisé cette production. Dans ce film, le jeune monteur, infographe nous fait découvrir ‘’le Afitin’’ ce condiment très prisé et son processus de préparation. Il nous informe que cette moutarde est issue du plateau d’Abomey et occupe une place importante dans la préparation de nombreuses sauces au Bénin. Il obtient 47 sur 60 et occupe la deuxième place.

Pacôme BIGO Ghislain décroche un prix composé d’un smartphone de 50 mille fcfa et d’un bon de formation d’une valeur de 150 mille fcfa.

Le film ‘’Waxangari et fier de l’être’’ termine le podium

Roubatou Dankoro, étudiante à Irgib Africa en Analyse biomédicale, est classée 3ème avec sa production intitulée ‘’Waxangari et fier de l’être’’. Elle capitalise une note de 44,66 sur 60. A travers son film, elle retrace l’origine de la communauté Waxangari, leurs pratiques culturelles et cultuelles.  La lauréate, seule femme du trio gagnant livre ses impressions.

Impressions de la lauréate

Crédit photo Raymonde Kplaï

« Je suis très heureuse d’avoir participé à ce concours. Pour moi, c’est une belle aventure et j’ai beaucoup gagné. Nous sommes africains et béninois. Peu importe la religion à laquelle nous appartenons, nous avons nos cultures que nous ne devons pas négliger. Je suis Waxangari et j’ai voulu mettre en valeur ma culture, c’est ce qui m’a motivé à participer.

Je félicite à l’occasion les organisateurs. L’organisation a été une réussite. Il nous arrive de participer à des concours et finir lauréat sans pouvoir entrer en possession de nos prix. Les meilleurs lauréats sont récompensés de même que tous les participants au concours. C’est un effort louable. Je pense que Waxangari L@bs a gagné le pari de cette première édition du concours. Je les encourage ».

Roubatou Dankoro, troisième au concours.

Roubatou Dankoro repart avec un téléphone smartphone de 40 mille franc cfa et un bon de formation de 150 mille fcfa.

Satisfécit du directeur national de Waxangari L@bs

Crédit photo Raymonde Kplaï

Amed Séro Lafia directeur national de Waxangari L@bs est satisfait de la belle issue du concours ‘’Filme ta culture en 2 minutes’’. Il a déjà le regard tourné vers la deuxième édition du concours. Il exhorte les participants et la jeunesse de prendre au sérieux les recommandations faites par le jury. Cela permettra aux futures postulants d’en tenir compte en vue de mieux faire que leurs prédécesseurs la saison prochaine.

La culture, c’est notre identité, c’est ce qu’on a de plus cher, c’est ce qui nous reste lorsqu’on a tout perdu. C’est dire qu’il est important voire indispensable de la préserver. ‘’Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple, car un peuple sans culture est un monde sans âme’’ disait le Professeur Joseph Ki-Zerbo.

Faisant sien cet adage de Joseph Ki-Zerbo, Amed Séro Lafia appelle les uns et la autres à faire de la promotion de la culture une priorité à travers le numérique.

« Aucun développement ne peut se faire sans la culture et le tourisme et les arts. C’est fort de ce constat que Waxangari L@bs s’est donné pour mission de faire la promotion de l’art, de la culture et du tourisme via le numérique. Cette initiative qui vient de s’achever s’inscrit dans le cadre des activités du pôle culture art et tourisme du centre. Lorsqu’on parle de Waxangari, les gens pensent qu’on parle uniquement que de la culture baatonu. Nous sommes aussi présents lors de la fête du vodoun le 10 janvier, la fête des chicotes chez les lokpas et les peuls etc.  

Waxangari, c’est la promotion de tous les événements culturels du Bénin. Ce n’est pas que la promotion des cultures du septentrion. Nous nous sommes donnés comme mission d’accompagner toutes les initiatives qui entre dans le rayonnement culturel et touristique de notre pays. Nous exhortons alors les jeunes à faire valoir leur culture avec leurs smartphones afin de faire découvrir la culture béninoise à l’international ».

Amed Séro Lafia, directeur national de Waxangari L@bs.

Pour finir, le directeur national de Waxangari L@bs remercie tous les partenaires en occurrence Pascal Gouta PDG de Arc-en-ciel services plus. Une structure spécialisée dans les BTP. Une mention spéciale est faite au tradi-restau ‘’Les casseroles de mémé’’ pour la restauration.

La direction de la culture et du tourisme du Borgou salue l’initiative

Crédit photo Raymonde Kplaï

La direction départementale du tourisme de la culture et des arts du Borgou a pris part à cette cérémonie de remise de prix. Le directeur empêché, s’est fait représenter par le chef service culture Abdou Ramane Lawani. L’autorité a été séduite par le discours du premier responsable de Waxangari L@bs. Il a également salué le professionnalisme des membres du jury dans la délibération. 

« A travers ce concours, vous valorisez les cultures béninoises. Je vous encourage. Je souhaite que cette édition ne soit pas la dernière. Le jury quant – à lui a fait un bon boulot. Les résultats sont conformes à la qualité des différentes vidéos projetées.

Nous avons besoin d’initiative du genre pour nous identifier. Au Bénin, le cinéma n’est pas encore développé, et ce que vous avez commencé, finira par révolutionner le 7ème art. Nous devons prendre l’exemple de plusieurs pays comme le Nigéria.

Je vous exhorte à continuer dans cette lancée car le numérique offre plusieurs opportunités d’emplois aux jeunes. Je salue donc cette initiative et vous avez notre soutien ».

Abdou Ramane Lawani, Chef service Culture du département du Borgou.

Par ailleurs, la cérémonie de remise de prix aux lauréats s’est déroulée dans le respect des mesures barrières. Les organisateurs ont veillé au respect de la distanciation sociale et du port de masques de protection contre le coronavirus.

Partagez

Auteur·e

kparonbaaru

Commentaires